Le transport international a un point faible : les réclamations.

Imagine-t-on les difficultés quasi insurmontables que peut générer une réclamation internationale suite à la perte ou à la dégradation d’un colis ou de son contenu ?

Les obstacles à surmontés sont légions : la barrière linguistique, les règles de transport, l’arbitrage des Incoterms®, la détermination des responsabilités entre l’expéditeur, le ou les transporteurs, les dockers ou agents de piste dans les aéroports, de nouveau le ou les transporteurs et enfin le client, la valeur du contenu, le montant des indemnisations, le retour des équipements défectueuses, cassés ou perdus.

Tout ceci fait bien sûr abstraction du temps perdu dans toutes ces actions.

Le meilleur moyen de limiter les risques est donc de les prévenir.

L’un des moyens de prévention est le choix rigoureux du conditionnement. En effet, un conditionnement adapté, robuste, prêt à affronter les affres du transport maritime, ferroviaire ou aérien international est fortement recommandé.

Etonnamment, les choix de conditionnement sont parfois fait « à l’économie » et le moindre problème qui surviendra ruinera – pour longtemps – les quelques économies réalisées sur les arbitrages du choix de conditionnement.

Certains secteurs d’activité économique ont bien compris l’intérêt de sélectionner un conditionnement adapté au transport international. C’est le cas de l’automobile le plus souvent, mais aussi des secteurs habitués aux pièces à très forte valeur ajoutée, souvent construites sur mesure, à l’unité, tels les secteurs de la Défense ou du Nucléaire.

Le choix de mousse de calage précisément découpées à la forme et aux dimensions des pièces à transporter permet de satisfaire plusieurs nécessités du transport international.

  • Premier point, la légèreté. Le transport international coûte cher, en particulier s’il s’agit de fret aérien (20% des marchandises mondiales, en valeur.) Les mousses de calages ont une densité matière assez faible, cela en fait le matériaux idéal pour ce mode de transport.
  • Second point : l’adaptabilité. La mousse de calage découpée sur mesure d’adapte très précisément aux pièces à transporter. Cela renforce leur tenue en cas de chocs.
  • Troisième point : la séparation physique des pièces. Dans des mousses de calage, aucune pièce n’en touche une autre. Cela évite les choses entre les pièces d’un même conditionnement, chocs qui sont très souvent à l’origine des dégâts constatés à l’ouverture des colis.
  • Quatrième point : le décompte. Il est très facile avec les mousses de calage sur mesure de complet les pièces transportées, et de voir s’il en manque. Et ce aussi bien au départ qu’à l’arrivée. Cela simplifie grandement le travail du contrôle qualité (fournisseur comme client).
  • Cinquième point : avec un peu de travail et de créativité, les services marketing et packaging peuvent transformer les mousses de calage en outil marketing ou commercial. Par exemple en choisissant certains matériaux ou certaines couleurs, voire ne « travaillant » la forme de la découpe. Certes la fantaisie sera bridée par les contraintes logistiques, mais elle n’en sera que plus flagrante.